Imprimer Localisation Contact

Edito du Maire

Je suis heureux de vous annoncer la création de la commune nouvelle «Saint-Hilaire-du-Harcouët» qui réunit les communes déléguées de Saint-Martin-de-Landelles, Virey et Saint-Hilaire-du-Harcouët. Plus de 6500 habitants composent désormais la commune étendue sur 4700 hectares. 56 élus vont siéger jusqu’en 2020 au conseil municipal de la commune nouvelle. En 2020, un conseil de 33 personnes sera élu lors des élections municipales.


D’ici là, chaque commune déléguée va poursuivre les travaux engagés. Sur la commune de Saint-Hilaire, l’année 2015 aura été marquée par la réalisation de travaux à l’école primaire beauséjour (création d’un préau et rénovation des sanitaires) mais aussi par les travaux engagés au gymnase Marly et au stade, le déménagement dans les délais impartis de Lidl à Saint-Hil’Park et enfin la reconstruction réussie de l’hôpital.


En 2016, vont s’ouvrir les chantiers de la rue Lucien Lelièvre et de la mise en accessibilité de la mairie. Je suis aussi très enthousiaste à l’idée d’inaugurer au printemps prochain la navette inter-quartiers qui permettra de faciliter les déplacements de tous sur la commune. 

Gilbert Badiou

Maire de la commune nouvelle de Saint-Hilaire-du-Harcouët

 
 

Environnement

Obtention du label ville fleurie deux fleurs




Après l’obtention de sa première fleur en 2010, la commune a poursuivi ses efforts de fleurissement. En décembre 2013, le Conseil Général de la Manche lui a remis la distinction « Ville fleurie, deux fleurs ». La ville souhaite désormais concourir pour obtenir la troisième fleur. Outre le label "ville fleurie", la ville est également labellisée "Famille plus", "Commune touristique" et "Station Verte".  La commune déléguée de Saint-Martin-de-Landelles est labellisée Ville Fleurie trois fleurs.

Les critères d’appréciation sont les suivants :
 
  • Le patrimoine paysager et végétal (arbres, arbustes et rosiers, pelouses, fleurissement en pleine terre et hors sol, …)
     
  • Le cadre de vie et le développement durable (gestion de l’environnement, gestion de l’eau, des produits chimiques, la propreté, le mobilier urbain, …)
     
  • Les actions d’animation et de valorisation touristique.

Hôtel à insectes



Un hôtel à insectes a été réalisé par les services de la ville. Il a été installé place nationale lors de l’atelier station verte « fabrication d’un hôtel à insectes » le 3 juin 2015. Cet abri pour insectes est destiné à les attirer et à les retenir. Il leur offre aussi un gîte favorisant la reproduction.


Interruption de l'éclairage public

La commune a effectué un réglage des horloges d’une partie de son parc d’éclairage public afin de réaliser une extinction nocturne entre minuit et 5h du matin sur les axes secondaires.  Elle a également remplacé les lampes des axes principaux pour diminuer leur consommation.

Bilan de l’action sur une année
 
 Bilan de l’action sur une année
Gain en consommation : 185 680 kWh/an = réduction de 20% des consommations
Economies réalisées : 9936 euros TTC/an,
Emissions de CO² évitées : 22,1 tonnes,
Investissement : coût de remplacement des lampes
Source : Conseil en Energie Partagé (Manche Energie)
 
 
Selon l’estimation réalisée par Manche Energie, ces économies pourraient atteindre jusqu’à 18 000 euros. En effet, chaque mât remplacé fait l’objet d’un investissement moins énergivore.

La lathrée clandestine



Lathraea clandestina est une plante parasite pour de nombreux arbres. Au printemps, elle montre le bout de son nez dans les lieux humides, souvent au bord des ruisseaux. De nombreux pieds ont été inventoriés aux plans d’eau.
Elle bénéficie d’un statut de protection dans les régions Ile-de-France et Basse-Normandie.

« Afin de prévenir la disparition de cette espèce végétale menacée et de permettre la conservation des biotopes correspondants, sont interdits, en tout temps, sur le territoire de la région Basse-Normandie, la destruction, la coupe, la mutilation, l’arrachage, la cueillette ou l’enlèvement, le colportage, l’utilisation, la mise en vente, la vente ou l’achat de tout ou partie des spécimens sauvages de cette espèce. » (Arrêté du 20 janvier 1982)
 

Moins de produits phytosanitaires, c'est mieux et obligatoire !

1.    Les  règles

La pratique phytosanitaire la plus polluante pour les communes est sans conteste le désherbage.


En partenariat avec les Agences de l’Eau et les trois Conseils départementaux bas-normands, la FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles de Basse-Normandie) de BASSE-NORMANDIE a développé une charte d’entretien des espaces publics. Cette charte comporte trois niveaux d’engagement :

1. Traiter mieux
2. Traiter moins
3. Ne plus traiter du tout chimiquement

Cette charte oblige les collectivités à changer leurs pratiques en douceur. En 2020, le niveau 3 devra être atteint par tous. Passage obligé également pour les particuliers dont les jardins devront être gérés sans pesticide à compter de 2022.

2.    Les moyens

Pour réussir le pari de traiter moins et mieux, la commune de Saint-Hilaire-du-Harcouët doit avoir recours à des méthodes alternatives : végétalisation des pieds de mur, paillage (paille de lin, coque de cacao), binage, mise en pelouse, fauchage avant, etc.

La commune est en cours d’acquisition d’un désherbeur vapeur autonome qui peut être utilisé en toute saison, même l’hiver.

 

3.    Les conséquences

 

> Implications visuelles en raison du changement de pratiques

> Réintroduction de la nature en ville

La repousse de certaines plantes ne correspond pas à une absence de gestion mais à une gestion souhaitée, moins polluante et différente.

 

4.  Plantes invasives et adventices sur la commune

                            Pissenlits, laiterons, brins d’herbe etc se glissent au bord des marches, trottoirs, entre les pavés...